Réchauffement climatique : pourquoi il devient urgent de moderniser sa cheminée

De plus en plus de foyers français adoptent le chauffage au bois pour accélérer la transition énergétique de leur logement. Si cette énergie renouvelable est au coeur de la lutte contre les émissions de CO2, seule la combustion en foyer fermé permet réellement de se chauffer avec une empreinte carbone neutre.

 

Le chauffage au bois, au coeur de la transition énergétique

Grand consommateur, le secteur résidentiel est responsable d’environ 17,5% des émissions de gaz à effet de serre en France (chiffres de l’ADEME). Parmi ce total, plus des 2 tiers (soit 70%) sont directement liés au chauffage, le reste étant destiné à l’eau chaude sanitaire, à la cuisson, à l’éclairage, à la climatisation et aux autres usages spécifiques.

Le chauffage et l’isolation sont donc en première ligne pour réduire le bilan carbone des ménages, surtout que des solutions techniques existent. Les travaux de rénovation sont encouragés par plusieurs coups de pouce intégrés au plan Bâtiment du Grenelle de l’Environnement.

C’est le cas des nouvelles chaudières à bois, cheminées à foyers fermés et autres poêles à pellets ou à granulés. Énergie renouvelable, le bois est un moyen durable de se chauffer sans impacter le climat, à condition d’adopter un mode de combustion qui limite les émissions de gaz à effets de serre.

 

Cheminées nouvelles VS cheminées anciennes

S’il existe des récriminations contre la pollution du chauffage au bois, elles sont concentrées sur les cheminées traditionnelles. En effet, les vieux foyers dits “ouverts” ont un rendement énergétique très faible, de 10% à 30%. Cela signifie qu’une toute petite partie de l’énergie calorifique du bois est transformée en chaleur.

De plus, les cheminées ouvertes émettent beaucoup, beaucoup plus de pollution. Elles sont responsables des émissions de particules fines et des HAP (hydrocarbures aromatiques polycycliques). Elles libèrent aussi plus de CO2, directement responsable du réchauffement climatique en tant que gaz à effet de serre.
 

Seules les cheminées à foyer fermé permettent de combattre le réchauffement climatique

Au contraire, les cheminées, poêles et chaudières dernières génération que propose Nature & Feu fonctionnent sur le principe du foyer fermé. Grâce aux hautes températures, le rendement énergétique du bois passe à 70%, 80% ou plus. Les foyers fermés réduisent drastiquement les émissions de gaz à effets de serre et de particules fines.

Les cheminées, poêles et chaudières à foyer fermé réduisent également l’émission de suie, aussi appelée carbone noir. Ce résidu est un des principaux agents du réchauffement climatique, juste derrière le CO2.

 

Le bois, un mode de chauffage potentiellement neutre pour l’environnement

Grâce aux cheminées ou aux poêles dernière génération, le bois devient une source d’énergie écologique. A condition de bien le choisir ! En effet, pour réduire les émissions au maximum, il convient d’utiliser un bois sec.

L’approvisionnement est aussi capital : il doit venir de forêts replantées qui assurent que la consommation n’impacte pas l’écosystème. En France, la filière bois est arrivée à maturité et la généralisation du label FSC garantit que les bûches sont produites selon un processus qui respecte l’environnement.

Avec une cheminée moderne à foyer fermé et des bûches FSC, le chauffage au bois a un effet neutre sur le climat. Pendant la combustion, l’arbre ne restitue pas plus de CO2 que ce qu’il a absorbé pendant sa pousse.

Vous souhaitez franchir le pas et rénover votre cheminée? De nombreuses aides existent ! CITE, subventions, coups de pouce des collectivités locales et de l’ANAH… Contactez Nature & Feu, votre installateur agréé dans le Nord, pour bénéficier dès cet hiver d’une source de chaleur durable et performante, en appoint ou en chauffage principal.


Partager ou imprimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *