Quel entretien pour un poêle à bois

Le grand avantage du poêle à bois, c’est qu’il n’y a quasiment pas d’entretien à faire. En effet, les poêles n’ayant pas de pièces motorisées, l’entretien est réduit à son strict minimum. Voici néanmoins quelques conseils pour garder un appareil performant et préserver sa durée de vie :

- Ne pas le nettoyer trop souvent et trop à fond : le tapis de cendre sur la sole foyère préserve cette dernière, et le fait de nettoyer souvent son appareil provoque à la longue des chocs et de l’usure prématurée.

- Par contre, ne pas laisser trop de cendre s’accumuler entre les pierres réfractaires : il faut qu’il y ait constamment du jeu entre celles-ci, sinon, les contraintes mécaniques lors de la montée en température peuvent fendre des pierres.

- Surveiller l’étanchéité des joints. Les joints peuvent normalement durer plusieurs années. Si le poêle consomme plus de bois qu’auparavant, que des traces noires apparaissent toujours au même endroit sur la vitre, c’est peut-être qu’il ait temps de changer le joint. En cas de doute, lorsque le feu et bien lancé, promenez un bâton d’encens allumé à l’extérieur de l’appareil, sur tout le parcours de joint. Si à un endroit vous voyez la fumée filer vers l’intérieur du poêle, c’est que le joint est détérioré à cet endroit.

- Ne brûlez que du bois bien sec, et privilégiez les feux vifs. Ainsi, vous n’encrassez pas l’intérieur de l’appareil.

- Mettez toujours un chapeau ou une protection contre la pluie en sortie de conduit.

- Prenez soin des pierres réfractaires : chargez le feu en douceur et ne le surchargez pas : voir l’article sur les pierres réfractaires.

- Et bien sûr, faites ramoner régulièrement votre conduit.


Partager ou imprimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *