Avantage du bois énergie dans les maisons RT 2012

Dans une maison conforme à la RT 2012, il y a un maximum à ne pas dépasser en consommation d’énergie primaire, c’est à dire, l’énergie qu’il a fallu pour restituer une certaine quantité d’énergie dans la pièce. Ainsi, le chauffage électrique est fortement pénalisé car il se voit affecté d’un coefficient de 2,58. C’est à dire que si un poste de chauffage nécessite 10 kWh/an, on considère, que, du fait des rendements des centrales électriques et des pertes dues au transport, la consommation réelle est de 25,8 kWh/an. Cette consommation en énergie primaire se note Cep. Le Cep inclut le chauffage, bien sûr, mais également l’eau chaude sanitaire, et la consommation des auxiliaires (VMC, moteurs des pompes ou des ventilateurs, etc.) Le Cep max est de 50 kWh/m2/an. Il est modulable selon plusieurs critères, dont la situation géographique. Ainsi, dans le Nord, ce Cep est de 60 kWh/m2/an. Le fait d’utiliser un chauffage au bois relève ce seuil à à 75 kWh/m2/an.

Pour trouver la consommation en énergie primaire d’un chauffage, on calcule l’énergie estimée sur un an, et on la divise par le rendement de l’appareil. Ainsi, si un poêle à granulés d’un rendement de 90% doit fournir 1000 kWh, sa consommation en énergie primaire sera de 1000 / 0,9 = 1111 kWh. Si cette énergie devait être fournie avec un poêle à bois ayant un rendement de 80%, il faudrait 1000 / 0,8 = 1250 kWh. On voit donc que, les poêles à granulés ayant généralement un rendement meilleur que les poêles à bois, ils permettront d’être plus facilement sous le seuil du Cep max que les poêles à bois.

D’autre part, ce système permet de satisfaire une autre exigence de la RT 2012 qui est de montrer que la contribution des énergies renouvelables est supérieure à 5kWh/m2/an. Les poêles à granulés affichant généralement un meilleur rendement que les poêles à bois, sont légèrement favorisés par la RT 2012 qui se base sur une consommation en énergie primaire.

Enfin, pour clore cet article sur les aspects techniques, il existe actuellement une controverse sur l’utilisation des poêles à bois, car la RT 2012 demande que les appareils de chauffage puissent être programmés (article 23 de l’arrêté du 28 décembre 2012) , ce qui est évidemment impossible pour les poêles à bois. Il semble que la plupart des bureaux d’étude aient une interprétation souple de ce paragraphe, mais sachez qu’il existe quelques irréductibles qui refuseront de valider l’étude thermique avec un poêle à bois.


Partager ou imprimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *