Passer un tubage

Comment passer concrètement un tubage flexible dans un conduit de fumée ? Sans être exhaustif, cet article va vous en donner les principales étapes.

Tout d’abord, il faut bien comprendre qu’on ne peut tuber qu’un conduit sain. S’il n’est pas stable, ou que les distances de sécurité ne sont pas respectées, il ne faut pas tuber : il faut refaire un conduit. Voir ici l’intérêt de tuber un conduit.

Ensuite, la première étape est d’être sûr que le tubage pourra bien passer. Soit le conduit est droit et on peut vérifier à l’oeil nu que ça passe, soit il faut faire un « test d’ogive » : il faut passer 1m à 1,5 m de tubage du diamètre choisi dans le conduit sur toute sa longueur pour vérifier qu’il passe librement et sans forcer. Sinon, il faut changer de diamètre, en fonction du poêle ou de l’insert que vous voulez installer.

Concrètement, le tubage peut se passer par en haut (si l’accès au toit est facile et la longueur de tubage réduite) ou par en bas. Dans ce cas, on descend une corde dans le conduit, on y attache le tubage à l’aide d’une ogive ou d’une griffe, puis une personne le tire du toit, tandis que l’autre le déroule d’en bas. Attention, il y a un sens pour tuber indiqué par des flèches sur le tubage. Le tubage doit ensuite être fixé à l’aide de colliers. Il ne doit pas toucher la paroi du conduit : en cas de dévoiement, il faut normalement ouvrir le conduit pour mettre une araignée de centrage.

Laisser une ventilation autour du tubage de 20 cm2 en bas et 5 cm2 en haut. Pour réaliser cette ventilation haute, la plupart des fournisseurs distribuent des plaques d’étanchéité. Ensuite, protéger la sortie de la pluie à l’aide d’un chapeau inox (fixé sur le tubage) ou béton (fixé sur le conduit).

Vérifier ensuite que le tubage n’a pas été endommagé à l’aide d’un test fumigène.

Il n’y a ensuite plus qu’à raccorder votre poêle et profiter du feu…

 


Partager ou imprimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *